L’HISTOIRE DE LA MARINE – des origines à 1700
44

XVIIe siècle. Flûte (Hollande)

 

LES formes des grands navires construits en Hollande étaient commandées par les exigences de la navigation océanique. Aussi les particularités nationales des bateaux se bornaient-elles à des détails, spécialement à la décoration. Par contre, les petits bâtiments utilisés sur les canaux et les côtes des Pays-Bas avaient (et ont encore) un caractère typiquement hollandais. Leur variété est infinie, ils diffèrent d’un port à l’autre, gardant malgré tout un air de famille qui révèle leur origine au premier coup d’œil. Ils vont de la simple chaloupe à la flûte, en passant par des types appelés boeier, tjalk, tjotter, etc... D’une structure large, massive, trapue, ces bateaux sont à fond plat de façon à pouvoir naviguer sur les petits fonds de la côte sablonneuse et à s’y échouer facilement. La tonture très accentuée relève l’avant et l’arrière, dessinant des courbes assez curieuses. Grâce à une construction très robuste, ces navires sont capables de résister à la mer du Nord, particulièrement dure. Avec leurs grosses préceintes apparentes, ils donnent une impression de solidité à toute épreuve. Et pourtant, ils sont — en outre — très jolis et merveilleusement tenus : ils font penser à des bibelots. La coque de ces bateaux n’est pas seule à être très caractéristique. Un autre aspect, de détail celui-là, est typiquement hollandais : sur les flancs de la coque, à bâbord et à tribord, est fixée une large planche, appelée « semelle de dérive », dont le but est de remplacer la quille, pratiquement inexistante. Lorsqu’on navigue au plus près, on immerge la semelle sous le vent dans le but de supprimer la dérive. Le gréement, très solide et très simple, se compose généralement d’une voile à livarde et de focs. Parmi les bâtiments spécifiquement hollandais, l’un des plus gros est la flûte, avec ses 150 à 300 tonneaux. Le gros arrière rond des flûtes était bizarrement surmonté dun minuscule tableau sculpté et doré. C’était un bateau de commerce dont les bords se trouvaient rétrécis dans le but de payer moins de droits dans les ports.