L’HISTOIRE DE LA MARINE – des origines à 1700
18

XVe siècle. Busse

 

À côté de la nave ou nef, qui était le plus gros navire du Moyen âge, existaient des navires qui lui ressemblaient beaucoup mais dont le tonnage était moins fort : ainsi le busse, petit navire de charge. La vie des marins embarqués sur les bateaux de ce temps était des plus misérable. L’espace réservé à leur logement atteignait à peine le strict minimum et même les officiers ne disposaient pas de cabines. Seul le capitaine avait une chambre dans laquelle se trouvait le coffre contenant les papiers et les valeurs du bord. Les passagers, qui pourtant payaient très cher, étaient encore plus mal lotis, car ils devaient se contenter d’un emplacement de 1 m. 82 x 65 cm. pour deux personnes ! Les passagers de marque avaient droit à un cloisonnement provisoire qui les isolait de l’équipage. Après le confort, la nourriture : celle-ci était peu copieuse, mais pour les traversées régulières, où il était possible de s’approvisionner aux escales, elle était au moins assurée. Et la pêche, à l’occasion, permettait de varier le menu. Tant que la mer était belle, le temps à bord passait en ripailles, jeux et chansons. Lorsque les vagues devenaient mauvaises, on pensait moins à garnir son estomac, car le terrible mal de mer faisait des ravages dans cette humanité entassée. Par contre, la vermine ne chômait pas et proliférait allégrement... Dans les voyages de découvertes, à la durée et aux escales imprévisibles, la question de la nourriture – en grande partie composée de salaisons – tournait presque toujours au tragique, provoquant parmi líéquipage mutineries et maladies. L’eau potable, surtout, venait rapidement à manquer, car il était impossible de la conserver longtemps dans les barils en bois où elle se gâtait très vite et où proliféraient alors de répugnants vers blancs... Aux aléas de la vie du bord s’ajoutait la crainte de rencontrer les pirates, surtout en Méditerranée, avec le risque (quand on n’était pas occis par ces aimables messieurs) d’être emmené en esclavage et rançonné.